Monter son LAB

Les entrepreneurs makers sont protéiformes. Un projet entrepreneurial ne consiste pas uniquement à lancer un projet / service sur le marché, vous pouvez aussi choisir de monter votre fablab.

Il n’y a pas à proprement parler de mode d’emploi pour monter un fablab ou un tiers-lieu tant leurs structures sont variées. Un fablab peut être simplement une association loi 1901, comme le Petit Fablab de Paris ou le Hatlab. Il peut aussi être porté par une entreprise classique ou encore structuré en coopérative pour les plus grosses structures comme ICI Montreuil. ICI Montreuil est piloté par une SCIC, Société Coopérative d’Intérêt Collectif, c’est-à-dire que ses utilisateurs (résidents et abonnés) paient un abonnement (et non pas des m2) pour disposer de services mutualisés (accès à des bureaux, à des ateliers, des salles de réunions, internet, aide aux business plans, conseils juridiques et comptables, accès à des financeurs, apéros, etc…) et des services sur-mesure (stockage, outils numériques, formations etc).

Ici Montreuil. Crédit photo Makery

Les grandes étapes pour monter son Lab

Même si aucun guide n’existe, il faut se poser quelques questions fondamentales avant de se lancer dans l’aventure de la création d’un fablab. La Fab Foundation, qui coordonne le développement international des Fablabs, propose une liste indicative du matériel indispensable à leur bon fonctionnement et donne quelques étapes à franchir, orientées dans le sens des communautés et des partenariats :

    • Trouver le lieu ou l’hôte qui hébergera le Fablab (institution, école, associations, entreprise, etc) ;
    • Identifier la bonne personne pour piloter et être le porte-parole du Lab ;
    • Établir des partenariats avec des collectivités et des sponsors ;
    • Sécuriser ses financements ;
    • Choisir un local facilement accessible au public ;
    • Former l’équipe et la former à former ;
    • Identifier des projets capables de résoudre une problématique locale ;
    • Lancer le fablab en prenant soin d’inviter les sponsors, partenaires et élus locaux pour qu’ils comprennent concrètement ce qu’est un fablab et découvrent les premiers projets réalisés.

Ces conseils ont été pensés pour un environnement anglo-saxon, mais ils peuvent s’adapter facilement à n’importe quel autre contexte.

Retrouvez les conseils de la Fab Foundation (in english).

Le FabLab Lorem à Paris. Crédit photo Makery

Massimo Menichinelli, un chercheur italien fondateur de openp2pdesign (un site de recherche sur le design de processus et outils pour les communautés et leurs projets ouverts), propose lui aussi, dans un article publié en 2013, les « 10 choses à faire pour ouvrir un fablab ».

Massimo Menichinelli lors d’une conférence au Fablab de Turin © CC Fablab Italia 

Massimo Menichinelli lors d’une conférence au Fablab de Turin © CC Fablab ItaliaLes 10 conseils détaillés de Massimo Menichinelli (in english).

Pour une version traduite en français.

En général, un Fablab naît d’un désir collectif de monter un lieu. Ainsi, il vit principalement par sa communauté. Le lieu quant à lui peut être temporaire au démarrage du projet, cela pose une forte contrainte sur les équipements possibles et le temps disponible.

Trouver un endroit où s’installer peut être un processus lent et difficile. N’hésitez pas à contacter les financeurs publics, car cela peut être plus simple pour eux de trouver de l’espace disponible ou du budget pour accompagner le lancement d’un tel projet. 

Si vous avez le choix, les salles de classe sont en général bien adaptées. Les hangars sont économiques et suffisants en terme d’infrastructure pour peu qu’ils disposent d’électricité, mais ils sont souvent difficiles à chauffer, ce qui peut finir par nuire sérieusement à la vie du lab dans certaines régions et à certaines périodes.

Pensez aussi que certaines machines sont bruyantes (fraiseuses, compresseurs) et peuvent rapidement vous mettre tout le voisinage à dos ou sont difficilement supportables dans les petits espaces. 

Enfin, pensez aux possibilités d’accès au lieu considéré, car un espace dans une institution donnée (école, université…) offre le confort d’être immédiatement disponible, mais il est peu probable que vous ayez, d’une part la possibilité d’accéder à votre local en dehors des horaires d’ouverture de la structure d’accueil, et d’autre part, de modifier quoi que ce soit dans votre local qui ne sera pas sous votre responsabilité directe. Un lieu connu peut donc être une force d’attraction, mais en même temps un frein. Il s’agira alors de bien évaluer ce qui est possible au niveau des horaires et conditions d’utilisation.

Il existe aussi des Labs mobiles, où le véhicule sert non seulement à déplacer l’équipement, mais aussi d’espace de démonstration ou d’éducation. Des Fablabs en 2 roues non motorisés comme le triporteur du Fablab de Maastricht (NL).

Le triporteur du Fablab Maastricht en action

Des Fablabs caravanes comme la  Fabricaravane (FR) de l’EPN Boc@l à Chemillé, des Fablabs camionnettes comme le Nomad’lab (FR), une camionnette flanquée de deux auvents desservis par deux rampes, une initiative du Living Fablab de l’ENSGSI en Lorraine, mais aussi des semi-remorque comme le MIT Mobile Fablab (US), à tout seigneur tout honneur, le premier en 2007.

Guide des Fablabs mobiles 

 
> Cliquez ici pour aller à la page précédente
> Cliquez ici pour aller à la page suivante
>> Retournez à la page d’accueil