Les usagers des FABLABS

 

LES USAGERS DES FABLABS

Les FabLab, ce sont…des ressources mises en commun. Qu’elles soient pédagogiques (MOOC, projets documentés et partagés…) ou matérielles (espace, machines…), le FabLab est l’espace physique, où leurs chemins se croisent. En effet, Les FabLabs sont équipés d’outils et de machines de fabrication, sans lesquelles certains enseignements restent théoriques. C’est la pratique qui définit ces lieux.

Ce sont ces ressources communes, qui donnent une raison aux usagers de fréquenter le lieu. Ces usagers ont des profils différents, mais se retrouvent dans l’identité “makers” (faiseurs in french). Les makers sont ceux qui fabriquent, de manière générale. C’est un anglicisme, comme FabLab vient de l’anglais “fabrication laboratory” (laboratoire de fabrication).

Le Petit Fablab de Paris, Fablab associatif parisien – photo Makery / Quentin Chevrier 

Les usagers des FabLabs passent la porte du lieu pour diverses raisons. Parfois, parce qu’ils ont un projet à réaliser, et, qu’il leur manque soit des compétences, soit des outils ou des machines, afin de réaliser leur création. Mais aussi par volonté d’intégrer une communauté, partager leurs connaissances et en assimiler de nouvelles.

Par exemple, beaucoup d’étudiants en architecture, viennent réaliser leurs maquettes dans les FabLabs, car la découpeuse laser leur facilite grandement la tâche. Des étudiants en design ou métiers d’arts, viennent aussi pour fabriquer leur projet de fin d’études. Puis, une fois professionnels, ils reviennent utiliser le lieu comme un atelier et partager leur savoir faire. La machine la plus utilisée reste la découpeuse laser.

Cette génération de FabLab, axée sur des usages professionnels, est relativement récente. Les FabLab sont issus de la culture hacker, celle du libre et du gratuit. Mais, depuis quelques années, les FabLabs se sont mis à se “professionnaliser”, notamment afin d’accéder à une certaine indépendance économique.

En plus des professionnels, les FabLabs accueillent aussi parfois des entreprises en quête de nouveauté. Nouveauté des méthodes de travail (méthodes itératives, prototypage rapide) ou simplement d’ambiance.  Dans notre exemple de FabLab, Villette Makerz propose aussi un espace de coworking, pour les usagers qui souhaiteraient avoir leur bureau dans les locaux. Ils font ce choix, de manière générale, car leur métier nécessite un accès aux machines du FabLab, soit pour prototyper, soit pour produire.

Résultat de recherche d'images pour "coworking villette makerz"

L’espace de coworking de Villette Makerz

Le lieu se positionne aussi comme une plateforme pour ses usagers, leur permettant d’augmenter leur activité, en répondant à des commandes reçues par le lieu. C’est une plateforme physique pour les indépendants. Ce type de structure donne beaucoup de flexibilité pour tous, et permet d’avoir une force de proposition égale à la somme des savoirs présents.

Enfin, plusieurs Fablabs dont Villette Makerz font le choix d’ouvrir leur portes au grand public les soirs et/ou week-end. Ils peuvent découvrir ce qu’est un FabLab au travers d’ateliers de découverte. Ensuite, s’ils sont intéressés, ils peuvent se former, puis intégrer la communauté du lab. Si certains lieux sont payants, d’autres font le choix de demander du temps à leurs utilisateurs en échange d’une place dans le lieu.

Chaque personne devient alors utilisateur et acteur du lieu, utilisant les ressources et formant les nouveaux arrivants dans un cercle vertueux. La notion de transmission y est donc très forte, et c’est cette communauté de savoir qui est partagée lors des ateliers et formations, mais aussi au quotidien.

Ressources : 

Faclab.org Les Fab Labs : un concept né au MIT

L’Express Innovation et partage la révolution des fab lab

Fabien Eychenne, Fab Lab : L’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle, FYP Éditions, coll. « « La fabrique des possibles » », septembre 2012, 112 p.

Chris Anderson, Makers : La nouvelle révolution industrielle, Pearson, coll. « Les temps changent », novembre 2012, 340 p.

(en) Neil Gershenfeld, Les Fab Labs, par Neil Gershenfeld, filmé en février 2006

Thèse de Camille Bosqué : La fabrication numérique personnelle, pratiques et discours d’un design diffus : enquête au cœur des FabLabs, hackerspaces et makerspaces de 2012 à 2015 http://www.theses.fr/2016REN20009

 
> Cliquez ici pour aller à la page précédente
> Cliquez ici pour aller à la page suivante
>> Retournez à la page d’accueil