Les Métiers des FABLABS

INTRODUCTION
Des métiers en pleine structuration

Les tiers-lieux, et les fablabs en particulier, constituent un écosystème dynamique, mais encore émergeant qui a donné naissance à de nouveaux métiers liant numérique, gestion de structure et médiation avec les publics ; le plus emblématique étant celui de fabmanager. Mais tous sont des « makers », un terme anglais sans véritable équivalent en français utilisé pour qualifier à la fois les usagers et les professionnels des fablabs.

Quels sont les profils des métiers des labs ?

Ce qui caractérise les personnes travaillant en lien avec les fablabs est la grande diversité de leurs profils et de leurs parcours d’origine. Dans les parcours professionnels d’origine dominent les secteurs des technologies de l’information et de la communication, du design, de l’art, de l’industrie, de l’éducation et de l’artisanat, suivis par le développement durable, le commerce, les sciences et les services. Aujourd’hui, 55 % des personnes travaillant dans les labs ont moins de 35 ans.
Ces métiers sont encore majoritairement occupés par des hommes, mais ils tendent à se féminiser. En France, la représentation des femmes travaillant dans les fablabs progresse. Elle s’élève à 24,5% en 2017, contre 15% en 2014.
LES MÉTIERS DES FABLABS
Fabmanager : le responsable du laboratoire de fabrication numérique
Voir la section sur les Fab Managers

Forgeur numérique : l’assistant technique du fabmanager
Le forgeur numérique assure l’assistance technique du fabmanager. Il est notamment chargé de préparer le matériel avant l’ouverture du fablab aux usagers, de vérifier la sécurité des locaux et du matériel mis à disposition, d’assurer la maintenance, de dresser l’inventaire logistique du matériel et des consommables dédiés à la fabrication et au fonctionnement général de l’espace et à l’accueil des usagers.

Concierge de tiers-lieu : la personne de confiance
La conciergerie est le processus d’accueil et d’animation d’un tiers lieu. Proche de celui de facilitateur, le travail du concierge regroupe une grande diversité d’opérations : l’animation de communauté, mais aussi la gestion administrative (enregistrement des abonnements, facturation, etc.), la communication commerciale (alimentation du site Internet et des réseaux sociaux, rédaction de communiqués de presse, relation avec les partenaires financiers), puis la gestion de l’espace et du matériel (aménagement du lieu, réservation des salles, gestion des problèmes informatiques, nettoyage du lieu). (source : Movilab)

Facilitateur : animateur, médiateur et passeur
Il s’agit d’une personne ressource d’un espace de travail partagé, collaboratif et participatif, qui fait le lien entre le lieu, ses utilisateurs et le territoire qu’il occupe. C’est un métier d’accueil, de gestion et d’animation communautaire qui vise à faciliter les échanges et les partages de compétences. Métier encore méconnu il y a peu, le facilitateur utilise des outils et méthodes d’intelligence collective pour faciliter les réunions. Il doit assurer un rôle de plaque-tournante, d’interface et de conseiller entre l’utilisateur, ses besoins et les prestataires de services. Si ce nouveau métier, souvent qualifié de couteau-suisse, s’apprenait souvent « sur le tas », de plus en plus de formations courtes émergent, le plus souvent dans des lieux ouverts d’innovation.

Pour Nicolas Bard, le facilitateur est un membre important du staff qui a trois rôles principaux : gérer l’accueil (il est le premier contact des gens de l’extérieur qui veulent visiter, prendre un abonnement, etc.), créer du lien à l’intérieur de communauté des résidents, de les connecter les uns avec les autres, de répondre à leurs besoins et enfin de gérer l’intendance. À ce sujet, Nicolas dit : « C’est celui qui fait en sorte que les services de base soient délivrés. Il faut du papier aux toilettes, il faut que le chauffage fonctionne, il faut qu’Internet fonctionne. »

Conseiller médiateur en numérique : le lien entre public et les EPN
Par son expertise de la médiation et du numérique, le conseiller médiateur en numérique met en œuvre des actions de médiation à destination des utilisateurs pour favoriser leur autonomie avec les pratiques, les technologies, les usages et les services numériques, en particulier dans les EPN (Etablissement Publics Numériques). Il organise et anime des rencontres, des événements participatifs sur l’innovation et le numérique à destination du grand public ou des entreprises.

Prototypiste : le spécialiste du passage à l’échelle industrielle
Le prototypiste évolue, en général, dans le domaine de l’industrie, de la recherche et du développement. Il peut travailler au sein d’un bureau d’études, en atelier ou quelquefois, en tant qu’autoentrepreneur, à domicile. C’est un technicien qualifié qui maîtrise l’analyse des documents et informations provenant des bureaux d’études (design, ingénierie, architecture), des donneurs d’ordre et du marketing. Ces données lui permettent de décider des choix des matériaux et des techniques à mettre en œuvre pour réaliser une maquette ou un prototype en trois dimensions. Ses maquettes ou prototypes servent à promouvoir, démontrer ou valider un produit industriel.

Creative technologist : l’interlocuteur idéal
À la fois innovateur et expérimentateur, le creative technologist est un nouveau métier au carrefour du créatif, du technologique, du marketing et de la communication. Le creative tech travaille parfois dans une agence digitale dans laquelle il développe une orientation marque innovante tout en étant au service de projets clients. Métier hybride par excellence, il s’appuie sur une veille technologique dense. (source CIDJ)

Le creative technologist est un métier qui lie le code, les applications et la fabrication de prototypes, grâce à ses compétences créatives, technologiques et commerciales. Ce sont des professionnels qui sont capables de coder et de créer des applis, mais aussi de les concevoir et de designer des prototypes.

D’après une parution du Labo de la mission Société Numérique, publiée le 7 mai 2018 sous licence CC, on dénombre en France près de 400 Fablabs. Depuis 2012, le mouvement prend de l’ampleur et se professionnalise. Les grandes entreprises s’intéressent à cette question et se dotent de “Makerspaces”.

Popularisé notamment par le best-seller “Maker” de Chris Anderson, l’ex-rédacteur en chef du magazine “Wired”, le mouvement “Maker” se structure. En témoignent les événements autour de la culture Maker et des Fablabs dont voici quelques exemples.

Maker Faire

Maker Faire a été lancé en 2006 en Californie par le magazine américain Make, qui fédère le grand public autour du « Maker Movement » en proposant des tutoriels pour fabriquer soi-même des objets.

Source : SF Station Maker Faire Bay Area 2018

La Maker Faire est le plus grand événement au monde qui regroupe ateliers, présentations et conférences autour des thèmes de la créativité, la fabrication et le mouvement Do it Yourself. Maker Faire est un événement pour tous les adeptes de technologie, artisans, éducateurs, inventeurs, hobbyistes, ingénieurs, clubs de science, auteurs, artistes ou encore étudiants. Tous ces “Makers” se rassemblent pour présenter ce qu’ils font et partager ce qu’ils ont appris avec un public composé de familles, de professionnels et d’amateurs curieux de découvrir le mouvement Maker.

La première Maker Faire a eu lieu à San Mateo en Californie en 2006. Ensuite, de nouveaux événements ont vu le jour, comme à New York et Détroit en 2010.

Créées par la communauté et gérées de façon indépendante, les Mini Maker Faire sont inspirées de leurs grands frères et sont présentes dans plusieurs villes autour du monde. On en compte aujourd’hui près de 190 : Tokyo, Rome, Shenzhen, Taipei, Séoul, Paris, Berlin, Barcelone, Detroit, San Diego, Milwaukee, Kansas City, …

En France, la plus grande Maker Faire se tient à Paris. En 2018, elle a lieu du 23 au 25 novembre à la Cité des Sciences et de l’industrie. D’autres Maker Faire sont organisées à Grenoble, Lille, Metz, Perpignan, Rouen et Strasbourg chaque année.

Pour en savoir plus sur cet événement, rendez-vous sur le site de Maker Faire France.

Conférence internationale du réseau des Fablabs : “FAB X”

Les FAB X sont des réunions stratégiques du réseau mondial des Fablab (Fab Foundation). Ce n’est pas un événement grand public.

Chaque année, le lieu de l’événement change. FAB1 a été organisé en 2004 au Massachusset Institute of Technologies à Boston aux Etats-Unis. Au niveau local, le festival est organisé par une ou plusieurs structures d’accueil. Jusqu’à présent c’était une ville qui se portait candidate pour organiser un FAB X. Pour le FAB 14 (qui a eu lieu en 2018), c’est la France qui a accueilli la conférence et plus particulièrement Toulouse. Au niveau des organisateurs, il s’agit du Fablab Artilect (Toulouse), du collectif Fab City Grand Paris (Woma, Volumes, les Arts codés et Ouishare) et du Réseau Français des Fablabs (RFF).

L’événement s’est tenu du 16 au 20 juillet 2018 sur le sujet “Fabriquer la résilience”, autour 5 grands thèmes : Mobilité, Alimentation, Monnaie, Machines qui fabriquent des machines et Accès à la connaissance. 

Découvrir le retour de Makery sur l’événement.

Fab City Summit

Fab City Summit est un rendez-vous international qui existe depuis 2015. À l’initiative de Tomás Diez, fondateur du fablab Barcelona, cet événement vise à réfléchir à un modèle de ville productive, locale, numérique et circulaire. Le réseau Fab City compte désormais 28 villes et régions dans le monde.

En 2018, le Fab City Summit s’est tenu à Paris du 11 au 13 juillet. Ce rendez-vous international, qui profite de l’organisation de la 14ème rencontre internationale des Fablabs à Toulouse (FAB14), est important puisqu’il permet de découvrir et de valoriser les initiatives parisiennes, européennes et internationales pour produire en ville et aménager la ville autrement.

Pour en savoir plus sur cet événement.

De plus en plus d’initiatives locales

En France, les deux tiers des Fablabs ont été créés depuis 2015. La recrudescence des tiers-lieux va de paire avec l’expansion du nombre d’événements liés à la culture Maker. Beaucoup de FaLabs organisent régulièrement des événements grands publics pour faire découvrir leurs savoir-faire et permettre aux citoyens d’expérimenter la fabrication numérique.

RESSOURCES
Sur les nouveaux métiers du numérique et des tiers-lieux

http://www.netpublic.fr/

http://www.netemploi.fr/

Les enquêtes de Makery sur le profil des fabmanagers

Enquête Makery: les nouveaux métiers des fablabs

Mais qui sont les fabmanagers ? Makery mène l’enquête

Les vidéos des EdFab meet up 2017 sur les métiers des fablabs

Facilitateur, https://www.youtube.com/watch?v=EgQnQMOguyQ&feature=youtu.be&list=PLTc-Ev_rH-2PffzhDxXYkAamxfEF1Wli0

Prototypiste https://www.youtube.com/watch?v=EzpH7vgn_No&index=7&list=PLTc-Ev_rH-2PffzhDxXYkAamxfEF1Wli0
 
> Cliquez ici pour aller à la page précédente
> Cliquez ici pour aller à la page suivante
>> Retournez à la page d’accueil