Devenir Entrepreneur Maker: suite

Le Design Thinking

Selon Véronique Hillen, doyenne à la Paris-Est d.school et directrice du département Génie industriel à l’École des Ponts, “Le design thinking permet de réaliser des produits ou des services désirables par le consommateur, réalisables techniquement et viables économiquement”. 

Ainsi pour la d.school de l’université de Standford, le design thinking se concrétise sous la forme de 5 étapes qui s’enchaînent logiquement, mais qui ne doivent pas être prises comme un processus linéaire. 

ÉTAPE 1. L’EMPATHIE

Cette étape consiste à aller directement au contact des utilisateurs/clients de manière à comprendre pleinement leurs motivations/attentes/comportements. Il s’agit d’une phase d’étude en profondeur où on cherche à établir ce que les personnes font (DO), pensent (THINK), ressentent (FEEL) et disent (SAY). Beaucoup de fablab organisent des événements qui attirent du public, c’est donc le lieu idéal pour échanger avec votre cible, cerner ses besoins, ses problématiques, etc.

ÉTAPE 2. LA DÉFINITION

L’objectif de cette 2ème étape est de cadrer votre sujet à la lumière des éléments de la phase empathique. En effet, il est important d’évaluer la pertinence des idées recueillies pour identifier le cœur du problème que vous souhaitez traiter et les pistes de solutions pour y arriver.

ÉTAPE 3. LA GÉNÉRATION DES IDÉES

Cette étape vise à générer un maximum d’idées. On peut bien entendu utiliser de nombreuses techniques et outils d’idéation. On est ici au cœur de la phase créative et il ne faut pas hésiter à solliciter la communauté du fablab, car la diversité des profils et des compétences vous permettra d’explorer votre sujet au maximum.

ÉTAPE 4. LE PROTOTYPAGE

Étape clé du design thinking, le prototypage permet d’explorer les idées retenues, de tester leur faisabilité, d’inspirer des nouvelles versions de produits/services et de valider les options. C’est là que le fablab prend toute son importance ! Vous avez à disposition tous les outils et les savoirs faire pour donner vie à vos idées et les tester ! En cas de blocage dans la phase de prototypage, n’hésitez pas à solliciter la communauté du fablab ou à consulter les archives de capitalisation projet, car il y a de forte chance pour que quelqu’un ai déjà rencontré votre problématique et puisse vous guider pour la suite.

ÉTAPE 5. LE TEST

Enfin, à l’issue du prototypage, cette étape permet d’affiner les solutions et d’obtenir un retour des futurs utilisateurs des produits/services. Encore une fois, mettez la communauté à profit et profitez des événements du lab pour faire tester votre prototype.

Ainsi, il y a un grand intérêt à expérimenter cette méthode au sein d’un Fablab, car vous disposez de l’environnement idéal : machines, communauté, … Aussi, l’intérêt de cette méthode, c’est que vous pouvez l’expérimenter à n’importe quelle phase de votre projet, car elle n’est pas linéaire. 

Donc n’hésitez pas à vous en inspirer pour cadrer votre projet et adopter une démarche orientée vers vos futurs utilisateurs/clients.

Tester votre prototype

Il n’y a pas que les Fablabs pour aider un prototype à voir le jour et pour accompagner les makers dans le développement de leur activité.

Les hackathons et leurs cousins, les makeathons, sont des sortes de mini-marathons de prototypage créatif. Ces événements thématiques de courte durée (de 48 heures à 72 heures), parfois organisés par des institutions, des écoles ou des entreprises, permettent à des équipes de makers, de codeurs, de designers de venir fabriquer et tester leurs concepts en temps réel. Pas de limite pour les thèmes dictés par l’organisateur, qui peuvent être aussi variés que les données ouvertes, l’éducation, l’environnement, le design urbain, l’édition, la musique, la sécurité… Même l’Elysée a lancé son hackathon pour le lancement de la Grande école du numérique. Et il existe même des « hackacons », qui, comme leur nom l’indique, prennent le détournement de concepts idiots au premier degré…

Une cinquantaine d’apprentis codeurs ont planché à l’Élysée fin 2015 pour le lancement de la Grande école du numérique. © Makery

Poppal, une boîte de pop-corn lumineuse pour enquiquiner ses voisins au cinéma imaginée lors du hackacon de Stereolux à Nantes fin 2016. © Hackacon

Il existe également des concours pour makers, comme le concours Make it Happen. Organisé par le Woma, un espace de coworking et de fabrication à Paris avec la plateforme de financement participatif Ulule et le laboratoire d’innovation crowdsourcé Soon Soon Soon. Seuls ou en équipes, des étudiants, makers, artisans ou particuliers participent à un makeathon. Puis les porteurs de projets sélectionnés les présenteront au grand public, grâce à une formation sur le financement participatif avec Ulule pour lancer leur campagne et convaincre la communauté d’investir dans leur projet.

 
> Cliquez ici pour aller à la page précédente
> Cliquez ici pour aller à la page suivante
>> Retournez à la page d’accueil